Non classé

La moxibustion

Inline image 1Moxibustion est un mot d’origine japonais qui se traduit comme « plante qui brule ». La moxibustion, ou moxa, a été développée au cours de la dynastie des Tsin de l’Est à l’Ouest et Sud du Nord, pendant les années 265-589 ap. J.-C. . La moxa a été introduit en dehors de la Chine en 1683 par le docteur allemand, Dr E. Kampfer. La pratique de la moxa en Chine a été oprimé en 1840 avec l’impérialisme qui attaquait la Chine et ses cultures de la Médecine Traditionnelle Chinoise. En 1863, on voit la première publication sur la moxa en France.[i]

La plante de la moxa est l’Artemisia vulgaris aussi connue sous le nom de « mugmort », « couronne de Saint Jean », ou « Herbe de Saint Jean ». Ces composants sont des flavoïdes et des huiles essentielles. Les feuilles sont utilisées pour faire la moxa. Elle pousse sur les collines et les sols frais et humides, le long des cours d’eau et des sentiers.

La moxa peut être brulée directement sur la peau, ou indirectement par la présence du gingembre, ail, ou sel entre la plante et la peau, ou à proximité par le praticien. La plante est brulée sur les points d’acuponcture. L’odeur de la moxa est forte, mais elle peut aussi avoir des effets thérapeutiques.

La moxa réchauffe un éventuel « froid » installé dans le corps, soit dans un organe, un méridien, ou dans une autre zone précise. Aussi, la moxa disperse le flux de Qi et de sang, qui est hautement favorable à la circulation et la réduction de l’inflammation. L’herbe d’Artemisia est aussi connue comme anti-dépresseur et comme remède aux troubles gastriques ou abdominaux.

La moxa n’est pas simplement un traitement plaisant. En effet, la science nous démontre la véracité des effets thérapeutiques. Voici un résumé des études récentes sur l’utilisation de la moxa pour une variété de symptômes et quelques explications du mécanisme qui engendre ces effets.

Epicondilite du coude

L’épicondilite du coude est commune entre 35-50 ans. C’est un trouble typiquement causé par l’utilisation des muscles dans l’avant bras, l’utilisation excessive du coude, ou un traumatisme. Elle est diagnostiquée par la présence de douleur au toucher de l’épicondilite latérale, et douleur lors de l’extension du poignet contre résistance. La moxa réduit la douleur et renforcer les ligaments. Dans la médecine chinsoise, l’épicondilite est causée par un vide de Qi et du sang, la stagnation de Qi, ou l’obstruction par le vent, l’humidité, ou le froid. L’étude s’appuie sur un programe de sept traitements. Trente personnes ont eu une résolution complète de leurs symptômes, dix-huit ont eu une amélioration, et deux n’ont pas eu de résultats. L’étude montre donc un taux d’efficacité de 98% avec l’utilisation de trois points d’acuponctures.[ii]

L’étude explique les facteurs thérapeutiques de la moxa:

  • effet sur la perméabilité vasculaire et l’inflammation
  • améliore la viscosité
  • réduire IL-1 et TNF sur le site
  • réduire la stimulation de l’inflammation corporelle

Ostéoarthrite du genou

Une étude qui démontre que la HSM (heat-sensitive moxibustion) est aussi efficace que les médicaments conventionels.[iii] Une autre étude randomisée des 150 patients a vu une amélioration significative dans leur qualité de vie et santé générale après 6 semaines de traitement.[iv] Dans le cas de l’arthrose légère, une amélioration dans la douleur après 5 semaines a été prouvée.[v] Et finalement, dans une autre étude les sujets ont constaté un amélioration significative de la douleur après 5 semaines pour une durée de 18 semaines après les traitements.[vi]

L’asthme

L’effet de la moxa montre une amélioration de la ventilation, du contrôle de l’inflammation, de la régulation des fonctions immunitaires et des effets sur le système neuro-endocriniens. L’étude conclue que la moxibustion HSM n’est pas plus efficace qu’un traitement de glucocorticoide (mais les auteurs soupçonnent que de meilleurs designs d’études peuvent engendrer des résultats), et que le traitement n’étant pas plus efficace ou pire – ils sont comparables. Toutefois, la moxa HSM a démontré moins d’effets secondaires que les médicaments et plus sécuritaires.[vii]

Côlon irritable

L’électro-acuponcture et la moxa ont significativement amélioré les symptômes de côlon irritable. Pour une durée de quatre semaines, l’électro-acuponcture semble améliorer les symptômes de constipation, tandis que la moxa est plus bénéfique pour les symptômes de diarrhée. Les traitements ont aussi modulé les signes objectifs comme l’expression de sérotonine colonique.[viii] Une autre étude démontre que la moxa est plus efficace que l’électro-acuponcture pour le côlon irritable de type diarrhée.[ix] La douleur, la diarrhée et l’envie au selle ont réduit significativement dans le groupe moxa comparativement au groupe de contrôle. Il est postulé que la douleur dû au côlon irritable est reliée à une hypersensibilité viscérale connectée au stress, aux émotions, et à la connection entre l’intestin et le cerveau. Des études d’imagerie cérébrale ont montré une connection entre la douleur rectale et l’activation de certains endroits du cerveau. Dans cette étude, l’excitation dans ces endroits critiques a diminué après le traitement de moxa.[x]

Dysménorrhée (douleur avec menstruations)

À raison de 5 traitements avant les règles pour 2 mois consécutifs, les sujets on vu une amélioration quant à la douleur, la faiblesses, la perte d’appétit, la diarrhée, l’insomnie, la douleur lombaire, et la douleur dans les jambes. La moxa, en terme de médecine chinoise, aide à éliminer le froid, l’humidité, la stagnation et les vides/carences.[xi]

D’autres considérations pour la moxa incluent et ne sont pas limités aux bouffés de chaleur en ménopause, au PCOS (ovaires kystiques), ou aux problèmes après l’hystérectomie.

Troubles rénaux

Une augmentation dans la résistance rénale, mesurée par sonographie doppler, est indicative pour la progression de la maladie rénale et les dommages cardiovasculaires. Chez les sujets sains, la résistance dans les artères rénales a diminué immédiatement et 10 min après le traitement de moxa. Ils ont vu aussi une réduction dans leur fréquence cardiaque. Dans les études animales, la moxa sur les points reins et estomac, a améliorer la tension artériel rénale (ils ont vu moins de protéine dans l’urine causer par la haute tension).[xii]

Au Québec, la pratique de la moxibustion peut être fait par un docteur en naturopathie ayant eu la formation dans les pratiques de la médecine traditionelle Chinoise.

[i] Villecroix, Serge. Guide pratique des moxas: traitement et maladies. Éditions Ambre. 2007.

[ii] Song L. Fifty cases of external humeral epicondylitis treated by moxibustion and point-injection. J Tradit Chin Med. 2004 Sep;24(3):194-5.

[iii] Chen R, Chen M, Su T, Zhou M, et al. Heat-sensitive moxibustion in patients with osteoarthritis of the knee: a three-armed multicentre randomised active control trial. Acupunct Med. 2015 Aug;33(4):262-9.

[iv] Ren X, Yao C, Wu F, et al. Effectiveness of moxibustion treatment in quality of life in patients with knee osteoarthritis: a randomized, double-blinded, placebo-controlled trial. Evid Based Complement Alternat Med. 2015;2015:569523.

[v] Kim TH, Kim KH, Kang JW, et al. Moxibustion treatment for knee osteoarthritis: a multi-centre, non-blinded, randomised controlled trial on the effectiveness and safety of the moxibustion treatment versus usual care in knee osteoarthritis patients. PLoS One. 2014 Jul 25;9(7):e101973.

[vi] Zhao L, Cheng K, Wang L, et al. Effectiveness of moxibustion treatment as adjunctive therapy in osteoarthritis of the knee: a randomized, double-blinded, placebo-controlled clinical trial.Arthritis Res Ther. 2014 Jun 24;16(3):R133.

[vii] Xiong J, Liu Z, Chen R, et al. Effectiveness and safety of heat-sensitive moxibustion on bronchial asthma: a meta-analysis of randomized control trials. J Tradit Chin Med. 2014 Aug;34(4):392-400. Review.

[viii] Shi Y, Chen YH, Yin XJ, et al. Electroacupuncture versus Moxibustion for Irritable Bowel Syndrome: A Randomized, Parallel-Controlled Trial. Evid Based Complement Alternat Med. 2015;2015:361786.

[ix] Zhao JM, Lu JH, Yin XJ, et al. Comparison of electroacupuncture and moxibustion on brain-gut function in patients with diarrhea-predominant irritable bowel syndrome: A randomized controlled trial.Chin J Integr Med. 2015 Nov;21(11):855-65.

[x] Zhu Y, Wu Z, Ma X, et al. Brain regions involved in moxibustion-induced analgesia in irritable bowel syndrome with diarrhea: a functional magnetic resonance imaging study. BMC Complement Altern Med. 2014 Dec 16;14:500

[xi] Gao J, Wang Q, Xian S, et al. The effect of moxibustion on alleviating menstrual pain in a population of young nursing students: A prospective randomized cross-over pilot study. Complement Ther Med. 2015 Dec;23(6):773-81.

[xii] Matsumoto-Miyazaki J, Miyazaki N, Ushikoshi H, et al. Traditional thermal therapy with indirect moxibustion decreases renal arterial resistive index. J Altern Complement Med. 2014 Sep;20(9):693-7

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s